Avec près de 2000 habitants de nationalité ou d’origine portugaise, Cenon est la troisième ville du département en nombre de lusophones après Bordeaux et Mérignac.

ABB- (120).jpg

Le régime autoritaire instauré au Portugal en 1926 jusqu’à la Révolution des œillets du 25 avril 1974, a conduit une partie de la population à émigrer 50 ans durant. On estime à un million le nombre de Portugais ayant quitté leur pays pour la France. Dans les années 80, de nombreuses familles ont fait le choix de la construction et emménagé à Cenon, séduites par la proximité avec Bordeaux-Saint-Michel, l’étendue verte du parc Palmer qui rappelle la campagne portugaise, et l’accueil qui leur est réservé.

Cette communauté se retrouve aussi bien investie dans les champs économiques et culturels qu’associatifs (bars restaurants, entreprises, équipe de football de Lusitanos…), gage d’une intégration réussie. Alegria portugaise participe à la diffusion des arts et de la culture portugaise grâce à son groupe folklorique (musique, chant et danse) réunissant près de 90 membres de toute la Gironde. La troupe représente particulièrement la région de l’Alto-Minho et du Minho où se situe Paredes de Coura. Mais sa représentation la plus emblématique reste le festival folklorique international qu’Alegria installe chaque année au théâtre de verdure du parc Palmer, réunissant près de 10 000 spectateurs.

En clôture des cérémonies de jumelage le 8 juin, sa 26ème édition présentait six formations traditionnelles, dont Rubiaes, venue tout spécialement de Paredes de Coura.