Les notions d’ « événement » et de « mouvement » fondent le travail de BERNARD TSCHUMI qui est également guidé par la conviction que « l’architecture sera précisément le champ des plus importantes innovations de ce siècle ». Travaillant dans ce sens pour le Rocher de Palmer , il a imaginé en collaboration avec l’architecte associée VERONIQUE DESCHARRIERES, un projet architectural audacieux, réunissant à tout point de vue les qualités et exigences nécessaires à la réalisation d’un lieu dédié à la détente et au travail. Idéalement situé, entouré de la verdure du parc Palmer et enveloppé dans un écrin de verre, l’aspect cristallin et naturel du Pôle en fera un site parfait pour devenir le premier équipement culturel français entièrement consacré aux cultures du monde.

Comme des rochers dans un parc …

Extraits du dossier de présentation de l’agence d’architectes BTuA

« Identifié comme un centre d’attraction culturelle et artistique sur les Hauts de Garonne, le Pôle culturel et de Spectacles du parc Palmer propose une rencontre remarquable entre le monde spécialisé du spectacle et le milieu naturel d’un site d’exception.

Le point de départ de ce projet est la qualité inédite du site pour un équipement public : un écrin de paysage en balcon sur la Garonne pour accueillir plus de 2000 spectateurs et les plus grandes tournées nationales et internationales.

Créer une salle entièrement ouverte sur un parc, magnifique et protégé, tout en encourageant le rayonnement culturel et économique à Cenon, tel est l’enjeu de ce projet.

Les coques plissées des trois salles répondent idéalement à l’implantation dans un environnement protégé et végétal. Elles sont tout simplement déposées sur le sol comme des rochers dans un parc. Liant ces 3 volumes, la galerie de verre rythme l’arrivée du public depuis le bâtiment des dépendances vers l’obscurité et la concentration des salles.

L’ensemble propose une promenade poétique entre paysages et spectacles.

Les volumes plissées sont entièrement revêtus d’une coque en acier légèrement patinée et ajourée par endroits. Leurs dimensions et géométries, dessinées pour le plus grand confort des spectateurs et des artistes, s’imposent au cœur du parc. A l’intérieur des salles, tout est prévu pour répondre aux exigences des producteurs et leur apporter une grande fiabilité technique. Les structures scénographiques sont intégrées aux charpentes d’acier prévues pour correspondre aux besoins du spectacle. La nuit, la lumière jaillit de l’intérieur des galeries et des foyers vers le parc et vers les patios de verdure pouvant être utilisés pour des performances de plein air. »

L’ensemble des principes de construction, des choix techniques et des matériaux utilisés dans le projet répondent aux exigences de Haute Qualité Environnementale (HQE)

polyphonie

« Polyphonie en contrepoint »

Le projet est la déclinaison subtile des cinq temps décrits ci-dessous. Telle une polyphonie en contrepoint l’ensemble des nouveaux pavillons complètent heureusement le château et le bâtiment existant tout en donnant une nouvelle dimension au parc.

1er temps : Le grand volume programmatique

En contrepoint du château et des dépendances, les nouveaux volumes complètent ceux-ci en intégrant les espaces nécessaires à l’accueil du public et des professionnels. Simplement construits, ils prennent vie grâce à leur disposition en angles légers.

2ème temps : La galerie de verre : circulation du public

La galerie de verre commence par l’auvent, traverse le pavillon des dépendances et enserre de nouveaux volumes. Comme en lévitation au dessus du parc Palmer, elle participe au sens du spectacle. Voir et être vu : cette galerie met en scène les spectateurs et donne à voir le parc Palmer.

3ème temps : Les coques plissées

Trois coques plissées enveloppent les contours des nouveaux volumes et s’entrouvrent devant le foyer de la salle de spectacle offrant des vues imprenables sur le parvis de verdure, le château et la Garonne au loin. Faites de métal parfois plein, parfois ajouré, elles ont la couleur changeante des toits de tuiles des dépendances et de l’écorce des arbres du parc.

4ème temps : Les espaces supports

Les espaces supports sont directement accessibles par la voie de desserte technique. Construits en lames de verre industriel, ils gardent une apparence noble malgré leur fonction utilitaire.

5ème temps : Le parc actif

- La ciné-pelouse : sur cette pente engazonnée, le public peut s’allonger les soirs d’été et regarder un film projeté sur l’enveloppe de la salle. - Le patio-performance : pour de petits spectacles en plein air mais dans un espace intime - La terrasse-musicale : de petits quartets ou groupes de musiciens installés sur la scène terrasse avec vue sur la Garonne agrémentent les moments de détente public. - Le parc-sculpture : exposées le long des allées ombragées, des œuvres en 3 dimensions animent le parc - Pour renforcer la trame existante du parc Palmer et densifier sa lisière, de nouveaux arbres complètent l’écrin de verdure